Autoconsommation : la connexion citoyenne

Autoconsommation : la connexion citoyenne

Produire et consommer son électricité, c’est désormais possible. À l’échelle individuelle et collective, les citoyens s’organisent pour faire d’un vieux rêve une réalité émergente.

On le sait depuis longtemps, les citoyens ont de l’énergie à revendre ! En France, les toits de nos villes et de nos campagnes fleurissent de panneaux solaires. Aujourd’hui, si 350 000 particuliers produisent leur énergie, la plupart d’entre eux la revendent sur le réseau. Mais les pratiques évoluent. Désormais, de plus en plus de citoyens s’engagent dans l’autoconsommation. Fin 2017, 15 000 foyers autoconsommaient leur électricité sans être raccordés au réseau, tandis que 5 000 autres revendaient leur surplus. Si ces autoconsommateurs ne représentent que 4 % du total des installations de production solaire, la tendance est là. Selon la Commission de Régulation de l’Énergie, près de la moitié des nouvelles demandes de raccordement de production aux réseaux sont en autoconsommation.

De l’individuel au collectif

Cet engouement récent pour l’autoconsommation s’explique avant tout par une volonté : « devenir acteur de sa production énergétique en devenant producteur », déclare le Maire de Luc-sur-Aude. Première commune de France à avoir porté le projet d’un parc solaire participatif, ses citoyens sont devenus actionnaires de la société, une SAS, qui gère la production. Ainsi, 258 habitants de la commune ont financé près des trois quarts du projet, soit 270 000 €, à travers le financement participatif mis en place par Enerfip. Cette centrale citoyenne a la caractéristique d’être à la taille du village et de produire ce que les habitants consomment. Elle est aussi la réalisation concrète d’une transition énergétique à l’échelle locale.

Autoconsommation, l’immense potentiel

36 000 communes sont à même d’encadrer cette énergie citoyenne et de fournir des espaces publics pour la collecte d’énergie. Autres atouts indéniables, les surfaces disponibles sur les toits pour y installer du photovoltaïque, ainsi que le taux d’ensoleillement et les conditions météorologiques favorables. Enfin, il est levier qui peut aussi grandement impacter l’autoconsommation dans les prochaines années : les débouchés financiers. Pour certains secteurs comme l’agriculture, l’énergie citoyenne pourrait apporter d’autres sources de revenus. En Allemagne, bon nombre d’agriculteurs ont fait de la production d’énergie leur seconde activité. Une autre façon d’exploiter la nature et de vivre d’autoconsommation.

Cyrille Arnoux, responsable éditorial web

Laisser un commentaire

X