Réchauffement climatique : nouveau contexte et nouvelles situations

Réchauffement climatique : nouveau contexte et nouvelles situations

Canicule sur une partie de l’Europe et du Japon, incendies en Grèce et en Scandinavie, les dernières manifestations du réchauffement climatique sont « les symptômes de quelque chose de nouveau en terme climatique » assure le climatologue Hervé le Treut.

Tout d’abord les certitudes. Invité de la matinale de France Inter, Hervé le Treut rappelle que « le climat se réchauffe de manière presque continue depuis 40 ans maintenant. » Les niveaux de la variabilité normale du climat ont été dépassés il y a une quinzaine d’années affirme le climatologue. Ceci nous place désormais dans « un contexte nouveau », lequel appelle « des situations qui seront elles aussi nouvelles ». Les manifestations des conséquences du réchauffement global sont à ce jour difficilement prévisibles localement, car « l’atmosphère est un fluide turbulent qui appelle des milliers de combinaisons possibles » précise Hervé le Treut.

Incertitudes et modèles climatiques

Passé la certitude d’un réchauffement global, des interrogations demeurent donc sur les régions impactées, les effets extrêmes qui y sont à l’œuvre. « Tout cela se dessine au hasard comme un grand puzzle et se construit petit à petit » précise Hervé le Treut. « On se rend compte que les zones qui se réchauffent correspondent aux modèles qu’on avait depuis quelques années ». Ainsi, parmi elles, on retrouve les pôles et les régions entre les tropiques « où le réchauffement ne se manifeste pas forcément en termes de températures, mais d’orages ou de tempêtes ». 

Effets sur la biodiversité

Au-delà des conséquences climatiques et météorologiques, le réchauffement en cours n’est pas sans effets sur le monde du vivant. « On a des migrations animales, on le voit au niveau des zones de pêche, on le voit dans nos montagnes » souligne Hervé le Treut. Ces déplacements climatiques ont déjà été documentés. Une récente publication d’une cinquantaine de chercheurs européens dans la revue Nature montre même une accélération des migrations des plantes vers les sommets européens. « Après, d’autres changements sont liés à l’activité humaine, à l’usage des sols » avec, là encore, des impacts sur le cycle de l’eau et le climat souligne le climatologue.

Engagements et injustices en question

Face aux enjeux, les engagements des États à travers l’accord de Paris ne suffisent pas estime Hervé le Treut. Jugeant dangereux ce qu’il appelle « la climato-indifférence », il dénonce les injustices climatiques. « On a un système de mélange des gaz à effet de serre qui répartit le signal climatique à l’ensemble de la planète. On est tous dépendants les uns des autres. » Malheureusement, des pays « qui n’ont pas beaucoup contribué aux émissions paient aussi l’addition ». Enfin, concernant l’inévitable adaptation aux changements en cours et à venir, Hervé le Treut estime que pour bien s’adapter, « il faut garder en tête ce que l’on veut préserver » comme valeurs, biodiversité et patrimoine commun.

Cyrille Arnoux, responsable éditorial web

X