Catégories
Enerfip en Roue Libre

Carnet de voyage Jour 3 · Au septième ciel

On repart pour ce troisième jour et plus de 60 km à vélo ! Et comme promis, nous visitons aujourd’hui un nouveau projet. Et devinez qui est monté en haut d’une éolienne ?

Jour 3 : Découverte d’un parc éolien. On rejoint notre partenaire Valeco !

Dans la continuité de notre expédition à vélo en faveur de la transition énergétique, nous avons passé la nuit dans un fabuleux gîte – on recommande, soit dit en passant !
Nous y dégustons un très bon petit-déjeuner local, préparé par nos hôtes. De quoi redonner de la force à toute la troupe – la preuve en image !

C’est ainsi qu’à 9h15 nous reprenons la route – direction notre prochaine destination : le parc éolien de Valeco, situé sur la commune de Les Martys, limitrophe de l’Aude et du Tarn. Pour continuer nos péripéties, difficile de trouver notre chemin au milieu de toutes ces éoliennes. Heureusement, un technicien de Valeco présent sur place nous aiguille jusqu’à destination.

À notre arrivée sur place, nous assistons à un vol de drone. Le technicien aux commandes nous explique qu’il prend ce jour-là environ 400 photos de l’éolienne. Le but ? La reconstituer afin de s’assurer qu’il n’y a pas de problèmes techniques.

Il faut dire qu’elle est haute, cette éolienne (plus de 80m) ! Et ce ne sont pas les 5 courageux qui sont montés au sommet qui vous diront le contraire.

Transition énergétique : 6 éoliennes pour le parc éolien de Valeco

L’éolien est une ressource renouvelable bien utile pour disposer d’une énergie locale, indispensable dans la transition énergétique. Il s’agit ainsi de disposer d’une source de production d’électricité 100% verte pour permettre de lutter contre le réchauffement climatique.

Mis en service en 2020, le parc éolien de Gramentès a produit en 2021 27 824 MWh, ce qui représente la consommation annuelle de 12 911 personnes (source CRE 2022 et INSEE).

Au cours de cette visite, nos hôtes du jour font preuve de beaucoup de pédagogie pour répondre à nos multiples questions. C’est aussi pour nous l’occasion de partager avec eux ce quotidien qui semble si différent du nôtre.

À ce titre, les techniciens nous apprennent par exemple qu’Enercon, constructeur mais aussi mainteneur des éoliennes, réalise des opérations de maintenance préventive deux fois par an. Il faut dire que les 6 moteurs qui permettent de faire tourner la nacelle méritent qu’on prenne soin d’eux. Pour cela, un logiciel de pilotage à distance permet de coordonner le fonctionnement des machines, et d’envoyer des techniciens sur place en cas de gros pépins.

Afin de protéger la faune, les techniciens ont étudié les périodes de nidification des oiseaux. De ce fait, les éoliennes du parc s’arrêtent en temps voulu pour éviter les incidents. Il en est de même pour les chauve-souris, puisque les éoliennes s’arrêtent lors de leur période de reproduction. Le parc de Gramentès possède d’ailleurs un SDA – Système de Détection Avifaune.

Fondée en 1995, Valeco est une société spécialisée dans le développement, le financement, la réalisation, l’exploitation et la maintenance de centrales de production d’énergies renouvelables, en France et à l’International. C’est un interlocuteur privilégié pour tous les élus, citoyens, propriétaires fonciers, investisseurs, qui souhaitent apporter leur contribution pour un avenir énergétique durable. La société dispose d’un siège à Montpellier ainsi que plusieurs agences réparties sur le territoire. Valeco fait partie du Top 10 des exploitants sur le marché français.

60 km pour rejoindre notre logement, au bord du canal du Midi

Une partie de l’équipe reste à Gramentès le temps de visiter l’une des éoliennes tandis que l’autre partie se dirige vers Carcassonne pour manger sur le pouce. Une fois la pause terminée, l’équipe reprend les vélos. 47 km nous attendent encore pour rejoindre notre nouveau logement, situé à Homps !

Tu dérailles !

Energies renouvelables et idées reçues

Les éoliennes font-elles réellement du bruit ?

Aujourd’hui, grâce aux perfectionnements techniques, les éoliennes sont de plus en plus silencieuses. De manière générale, la réglementation impose que les éoliennes soient placées a minima à 500 m de distance des habitations* de telle sorte à ce que le bruit devienne imperceptible. Elle exige aujourd’hui un niveau sonore inférieur à 55 décibels*, ce qui est en pratique un niveau très bas. On peut converser au pied d’une éolienne sans devoir élever la voix, ni percevoir de gêne (comme vous pouvez le voir sur la vidéo).

*source : Engie Green

Et concernant leur impact négatif sur les oiseaux ?

Pour limiter l’impact négatif des éoliennes sur la faune et la flore, il existe de nombreuses mesures environnementales. Il s’agit par exemple d’interdire la construire des éoliennes sur les chemins migratoires de certains oiseaux. Par conséquent, des études d’impacts sont réalisées. Vous pouvez retrouver ces informations sur les pages projets d’Enerfip. De plus, il est possible d’arrêter une éolienne au besoin ou bien si on constate un afflux important de certains animaux à certaines périodes, comme c’est le cas pour la parc de Gramentès.

De toute façon les éoliennes produisent de manière intermittente et ne sont pas une source d’énergie fiable…

Voilà encore une idée reçue totalement fausse. En effet c’est un paramètre que les fabricants ont intégré depuis longtemps et plusieurs mécanismes sont mis en place pour palier cela :

  • Les interconnexions permettent de compenser la production d’une source défaillante par celle d’une autre source. Mais lorsque la production éolienne est insuffisante, on peut pallier cela grâce à d’autres sources d’énergie décarbonée telles que les centrales hydrauliques.
  • Diverses technologies de stockage existent et sont en train d’être développées comme par exemple la pile à air comprimé ou la pile à hydrogène.

Les éoliennes sont-elles recyclables ?

Lors de sa conception, une éolienne est pensée pour intégrer pleinement la notion de développement durable. Ses pièces détachées peuvent donc être recyclées, ou revalorisées en étant réutilisées sur une autre machine du même type.

Il faut savoir que 98% des matériaux qui composent une éolienne sont recyclables :

  • aciers et métaux sont présents en très grande quantité à différents niveaux, et seront recyclés par des ferrailleurs ;
  • le béton utilisé dans les fondations peut être concassé et réutilisé pour d’autres projets locaux extérieurs à l’éolien ;
  • câbles et composants électroniques disposent de leur propre filière de collecte et de recyclage via les Déchets d’Equipements Electriques et Electroniques (DEEE) ;

– les pales sont fabriquées en matériaux composites qui peuvent devenir du combustible solide de récupération (CSR).

Les composants d’une éolienne peuvent également être réutilisés sur d’autres machines. Ingénieux non ?

Une réponse sur « Carnet de voyage Jour 3 · Au septième ciel »

Laisser un commentaire